Congrès HOPE

Congrès HOPE : la prise en charge concertée et interprofessionnelle du Handicap au sein de notre société

Les congrès étudiants, qu’ils soient associatifs, scientifiques ou solidaires, font depuis longtemps partie du paysage de la formation et contribuent à ce que les étudiants deviennent de meilleurs professionnels demain. Le Congrès HOPE est novateur dans le sens où il rassemble l’associatif, le scientifique et le solidaire. Il est né du constat que l’offre de soin n’est plus adaptée à la demande, provoquant un retentissement certain sur la santé de la population. Le manque d’enseignement au sujet des pathologies rares et chroniques et l’absence de vision interprofessionnelle dans les formations en lien avec la santé semblent être déterminants dans les lacunes de notre système de santé. Le Congrès HOPE a pour but de participer à combler ces manques, dans l’intérêt des patients.

 

Une réflexion de fond …

Aujourd’hui, le parcours de soin d’un patient, de son élaboration aux moyens mis en oeuvre, et le résultat de la prise en charge dépendent d’une multitude d’acteurs qui gravitent autour du professionnel de la santé : ministères, institutions ordinales, structures de l’état, organisations non gouvernementales, sociétés savantes, associations de patients et autres professionnels de la santé. Les moyens dont les étudiants disposeront demain pour soigner dépendent de l’investissement de ces acteurs aujourd’hui. Il est d’un enjeu capital qu’ils se familiarisent avec ces acteurs.

De plus, l’augmentation de la durée de vie en bonne santé des patients atteints de maladies rares ou chroniques demande une prise en soin concertée et conjointe, de façon individualisée autour de chaque patient.

Malheureusement, le non renouvellement systématique des référentiels de formation ne permet pas aux étudiants

  • d’acquérir les connaissances nécessaires à la prise en charge de certaines pathologies, en lien avec la recherche scientifique,
  • d’acquérir les compétences liées à ces pathologies,
  • d’éduquer chaque futur professionnel en lien avec la santé sur les compétences de l’ensemble des acteurs concernés,
  • de promouvoir les nouveaux modes d’exercices interprofessionnels, définis en fonction des besoins de la population.

Chaque étudiant doit ainsi avoir la possibilité

  • d’apprendre son savoir être et son savoir faire inhérent à la prise en soin d’un patient,
  • de coordonner son exercice avec les autres professionnels en lien avec la santé,
  • de se confronter à la réalité des besoins du patients,
  • d’être acteur de cette révolution du soin et des modes d’exercices.
  • Pour y remédier, des acteurs semblent essentiels : les associations de patients.

En plus de porter la voix des patients et d’exprimer leurs attentes, elles disposent de ressources suffisantes pour apporter un contenu scientifique de référence et sont au fait des actualités en rapport avec leurs pathologies. Elles font donc des invités et intervenants de choix pour le Congrès HOPE et seront au centre de l’attention.

Les autres acteurs (ministères, institutions, ONG, etc.) seront présents, afin d’apporter un contenu supplémentaire ou d’étayer les propos des associations de patients.

 

… vers une construction logique

Le congrès se déroulera sur cinq demi-journées, du vendredi matin au dimanche midi, et rassemblera 500 étudiants en lien avec la santé (cf. ci-contre). L’évènement se déroulera dans la ville de Lyon.

En plus de l’équipe organisatrice, une trentaine de bénévoles assurera le bon déroulement de  l’évènement.

Le congrès s’organisera en deux parties pour retranscrire au mieux l’idée conductrice.

Première partie

La première partie permettrait l’acquisition de connaissances et de compétences spécifiques, notamment par l’intervention de chercheurs et d’associations de patients sur des pathologies ou des problématiques spécifiques. Sous différentes formes et de différentes durées (dans un format composé de multiples de 20 minutes), les créneaux permettront des enseignements transversaux. Plusieurs professionnels se réuniront autour d’une pathologie ou d’une facette commune à plusieurs pathologies. Les créneaux de formation seront de formes variées et présenteront divers contenus.

Chaque atelier ne sera pas construit pour viser précisément toutes les professions mais restera accessible dans une optique d’ouverture d’esprit. Chaque créneau disposera toutefois d’au moins une formation en rapport avec le domaine direct de chaque profession.

Deuxième partie

La deuxième partie se composerait de débats, de groupes de travail et de réflexions sur l’ensemble des notions liées à l’interprofessionnalité.

Les conclusions de ces temps participatifs seraient données ensuite à la Commission Sectorielle Santé (C2S) de la FAGE pour participer au travail de représentation.

Activités de soirées

Les soirées respecteront les principes de la Charte des Soirées Étudiantes Responsables de la FAGE. Une des deux soirées sera l’occasion de découvrir ou redécouvrir plusieurs handisports, grâce à des ateliers de découverte animés par des sportifs handisport bénévoles. Le repas se fera sous forme de buffet, accessible à tout moment de la soirée.